top of page

AIMER


Aujourd'hui, suite à ma vidéo sur l'Amour inconditionnel, on m'a demandé d'où je venais, c'était doux, bienveillant. Cette vidéo a paru presque irréelle à la personne. Comment peut-on aimer de cette façon en étant incarnée ? Comment peut-on être si calme ? Mais "d'où venez-vous ?".


Sans grande surprise, de la planète Terre. Ça ferait sans doute plus exotique et vendeur de répondre que je suis une de vos soeurs des étoiles, envoyée d'une lointaine planète pour ramener de l'amour ici-bas. A starseed child. C'est très à la mode. C'est très à la mode mais si j'ai cette capacité à désancrer, à lâcher-prise et me laisser envahir par un certain flot d'informations je n'en ai pas moins les pieds bien sur terre. Un taureau, descendant bélier, ascendant balance, signe lunaire sagittaire a forcément un certain ancrage. Sous mes airs flottants, je suis bien là. Cependant je vais vous raconter une histoire.


Il s'appelle Rudy, il a eu 42 ans le 11 novembre. C'est le papa de Théo, 19 ans, mon fils, de Solan, Ambre et Ellyo, 4 ans, 2 ans et 8 mois, le conjoint de Gaëlle.


Il y a presque trois ans j'ai eu une vision, un homme proche de moi, avec trois enfants faisait un avc. Je n'ai pas pensé à Rudy, Gaëlle était enceinte de leur deuxième enfant, j'ai pensé à un autre homme dont j'aurais tout autant mal vécu l'accident. C'était si fort, si puissant, cette vision m'a hantée un certain temps.


Début août j'ai passé une semaine aux côtés de Rudy, il avait de forts maux de tête. J'ai ressenti qu'un organe vital était défaillant couplé à un problème aux reins. Rudy est allé chez le médecin qui lui a diagnostiqué une infection aux reins. J'ai été soulagée et pourtant je savais que ça n'allait pas, qu'il devait se rendre à l'hôpital. Je me suis dit qu'il n'irait pas, que je me faisais des idées, je n'ai rien dit. La veille de mon départ je suis allée à Annecy, ce n'était pas prévu. Cette ville a bouleversé quelque chose en moi. Je me suis assise près du lac et j'ai eu envie de pleurer. J'ai ressenti que cet été là avait une saveur particulière, qu'il était charnière, charnière d'un changement qui pourrait paraître rude mais qui serait en réalité la route vers l'abondance, vers quelque chose d'insoupçonné.


Le 1er septembre Gaëlle m'a appelée, instantanément j'ai su. Je n'ai pas eu la force de décrocher, tout en moi s'est comme détaché. Deux minutes après la sonnerie de mon téléphone a retenti à nouveau, j'ai répondu et sans même attendre d'une voix nouée j'ai dit "c'est Rudy, il a fait une crise cardiaque ?" "Non un avc."


Le 1er septembre, veille de la rentrée, Rudy a fait un avc très sévère avec un pronostic vital engagé.


Jeudi dans la soirée pour tenter de le sauver, Rudy a été opéré. Je suis allée là où je me sens le mieux dans ce genre de moments difficiles à encaisser, dans l'eau. Il y avait cette église, ce cercueil, nous et Rudy qui n'était plus. J'ai pleuré. Pourquoi je m'étais tue, pourquoi avais-je encore un manque de confiance en moi parfois si grand alors que la vie m'avait grandement prouvée que mes visions étaient justes, que ma guidance était fondée. Rudy s'éteignait et j'en étais en partie responsable. Comme je sais le faire dans ces cas-là j'ai fait taire mon mental et j'ai ouvert mon coeur, je me suis abandonnée à plus grand que moi.


Je suis sortie de ma baignoire, toujours en larmes, et j'ai fixé mon miroir (sacrés miroirs ...). J'ai fixé mon miroir et je n'étais plus dans la pièce. Je me trouvais dans l'église de ma vision, derrière un pupitre, son cercueil me faisant face et j'ai commencé à parler, à lui parler. Mon visage s'est déformé, il était là. Rudy était imprimé sur mon visage. J'ai eu peur, très peur. Les seules personnes qui prennent formes sur mon visage sont décédées. Je suis sortie de la salle de bain en tremblant. J'ai demandé à Henry qui il visualisait sur mon visage, il a eu la mine déconfite et m'a dit tu dois y retourner.


Je l'ai fait. J'ai repris place devant le miroir et l'ai fixé à nouveau. Rudy. C'était si doux, si calme. Il m'a dit qu'il était bien, que ça allait, qu'il n'avait pas peur. Est apparu une lumière au travers de laquelle une main tendue est sortie. Ce n'était pas possible, il ne pouvait pas.


Ma salle de bain est alors devenue extrêmement lumineuse et j'ai entendu que j'avais une deuxième chance que c'était maintenant et que je devais me surpasser, surpasser mes peurs. J'ai respiré un grand coup et suis entrée dans cet état d'Amour, qui parait inhumain à certains. Je suis entrée dans cet état d'amour parce que je l'avais déjà reçu et touché ces dernières années mais il fallait ouvrir mon coeur plus grand, encore plus grand. J'ai lâché mes peurs et lui ai pris la main, je lui ai dit qu'il devait redescendre avec moi s'il en était d'accord. J'ai eu l'impression de rentrer dans un grand tunnel noir et de franchir plusieurs paliers. Sans jamais le lâcher je les ai tous passé. Il y a eu un coup, c'était extrêmement fort et désagréable. J'ai senti que je rentrais dans quelque chose de serré et j'ai eu mal à la tête si mal, j'ai lâché. Il était rentré dans son corps. Le cercueil avait disparu, il ne mourrait pas c'était ancré en moi. Cette nuit là les médecins l'ont sauvé.


Mina, m'a envoyé un message et m'a dit "j'ai vu ce que tu as fait, je suis soufflée".


Je n'ai rien fait. Je me suis abandonnée et s'est déployée cette force que l'on nomme Amour. Cette force plus forte que tout. Ce jour-là j'ai su pourquoi j'étais liée à Rudy, ce jour-là j'ai aussi su que son expérience était sienne mais aussi mienne, qu'il traversait ça aussi pour moi, pour l'expérience que je vivais et c'était beau.


Quand j'ai vu Rudy une semaine après, il était paralysé de sa jambe et son bras droit, il ne parlait plus mais j'ai su qu'il savait. Je me suis assise pour souffler et laisser ma place dans sa chambre, j'ai levé les yeux et il était là ... le trois. Sans doute le numéro du couloir.


Depuis Rudy se bat comme un lion, il a eu une deuxième opération, il refait ses premiers pas, son bras est toujours sans réaction, parler est un combat de chaque jour, il a énormément de mal à faire des phrases, dire ne serait ce qu'un mot lui est un effort immense. Il sort jeudi après cinq mois passés à l'hôpital.


Rudy était dj, producteur et prof dans une école de dj. Il a mixé devant des milliers de personnes, certains de ses sons ont été joués dans le monde entier, il a été numéro un des clubs en Turquie et un jour ...


Aujourd'hui sa résilience est aussi la mienne. Ce qu'il m'a permise de vivre m’a faite accéder à la compréhension de cet amour et ainsi pouvoir le déployer, trouver cette force en moi d'aller dénouer certains karmas, retrouver des savoirs oubliés qui me faisaient tant peur.


Il n'y a pas de hasard tout est lié.


Alors d'où je viens ? De la planète Terre comme évoqué précédemment mais avec peut-être cette petite chose en plus qui me fait vivre des expériences dont je dois transmettre la substance ... l'Amour.


Cet article je te le dédis Rudy, je te le dédis à toi aussi Gaëlle qui est si aimante, à Théo qui a fait preuve d'une si grande force dans les moments les plus difficiles, à Solan, Ambre et Ellyo. Cet article je le dédis à l'Amour.


À vous qui vous demandez à quel moment cet Amour entre en nous, quand est-ce qu'on sait, à quel moment on devient ou on prend certaines décisions ?


Être libre et Aimer s'est s'abandonner. Ainsi tout vous sera révélé.


Je viens d'ici et je vous Aime parce qu'au plus profond de moi je sais ce que signifie ce verbe.


Aimer.


"Always remember us this way" pour la chanson du jour, j'ai d'ailleurs écrit l'article en l'écoutant en boucle.


❤️




Posts récents

Voir tout

MIRACLE

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page