top of page

LA VAGUE

"À l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or."

Hubert Reeves



Vais-je réussir à être structurée ?


Voici la question qui me taraude depuis cette nuit, depuis que j'ai fermé le livre, celui que j'avais entre les mains, depuis que je n'ai cessé d'écrire sur l'application note de mon téléphone, abaissant les yeux en le posant sur ma table de chevet pour le reprendre aussitôt me trouvant à nouveau éveillée, guidée.


Trois nuits, que je ne dors quasi pas mais trois jours et trois nuits qui continuent de bouleverser ma vie, de me donner foi en ce que je vis, en la direction que je prends, ce sur quoi je dois emplir mon chemin. On ne se trompe jamais de chemin, on l'interprète difficilement souvent, ce qui nous mène à des choix qui sont des blocages, ou pas, mais on ne se trompe pas de chemin, le chemin il n'y en a qu'un celui de notre vie qui d'une naissance nous mène à notre mort, physique.


Ces choix crus, au sens de croire, assumés ou les deux. Que sont-ils ? Qu'est ce qu'un choix ? Tout comme le positif associé au négatif symbolise la nullité, faire le choix d'un non choix ,s'il est un choix , représente en réalité une absence de choix. Seul un faux self yang, pas une polarité, peut penser qu'il en est autrement. Le leurre mental de faire d'une non action une action. En effet, la spiritualité, la vie, implique le mouvement, aussi refuser le mouvement, ce qui peut nous faire grandir, évoluer, c'est refuser le choix. C'est ainsi que persuadés de faire des choix nous passons nos vies dans des spirales de non choix, de nullité (+-), d'absence de mouvement, bien souvent piqués qu'il puisse y avoir des blocages. Nous n'avons ni de lecture lucide de nous-même ni de ce qui est, comment pourrait-il en être autrement en ne nous reconnaissant pas ? Ainsi va le libre arbitre, un outil de nullité (+-) ou de liberté. Chacun en est responsable et en droit de l'utiliser comme bon lui semble, il n'y a pas à juger.


L'expérience a commencé ce dimanche après-midi, au fond elle a commencé bien avant dès mon premier cri il y a ... disons 41 ans, pour ne rester que dans cette vie mais afin de fixer une temporalité nécessaire au mental et à la structure d'un article intelligible je vais vous ramener à ce dimanche ci, avant tout de même de vous faire un peu voyager à travers le temps, le mien.


Dimanche, après deux jours passés à être en gratitude, ce remerciement sincère, du coeur, de l'âme, mes vibrations étaient intenses, ma guidance était fluide, limpide. En fin d'après-midi, je me suis sentie transportée, j'ai fermé les yeux et j'étais là, ailleurs, tout autour, enveloppante. Je n'étais qu'énergie, amour, aurique au sens d'aura. C'est la première fois que je me suis sentie emportée de la sorte, avec autant d'élan, dans la douceur. La première fois que je me suis éprouvée sous cette forme. Une forme non mentalisée, qui n'a nul besoin de se raccrocher à une visualisation physique pour sans doute se rassurer, pourtant cet amour avait une conscience était conscience, cette conscience, cet aura, c'était moi.


Mina m'a envoyé un message. Elle m'a dit : "j'ai visualisé ce que tu as fait ! J'en ai les larmes aux yeux, je te vois derrière, autour, pour finir par être face à face avant de t'en aller, les couleurs sont pastels, elles sont dingues. Tu étais les couleurs. Et cet amour." Elle a conclu par "pffffffffff".


C'était vibrant. C'est sans doute ça la vibration d'amour.


En début de soirée, il y a eu de la colère, quelque chose de sourd, cette colère était dissonante, ne m'appartenait pas. J'ai continué de vibrer mais vibrer haut quand une énergie autre vous titille est forcément moins aisé. En effet, Lucille que j'ai eu au téléphone dans la soirée m'a signifiée le lendemain que son mari lui avait dit qu'une lampe avait implosé lors de notre conversation, faisant plein d'étincelles. Dommage colattéral #sorry 🙏🏻.


Lundi, je devais passer un appel. Pourquoi, pour quoi, pour écouter sans doute. Pour écouter parce que c'est rétrospectivement si riche de sens, dans ce qui pourrait apparaitre comme un non sens à chaque fois. Le chemin. Laisser venir, laisser aller. La fluidité.


La disparition de la dépendance ne signifie pas la disparition du reste, de l'abandon de quelque chose ou de quelqu'un, mais uniquement de la dépendance, du négatif, de ses propres blessures. Reste donc ce qui était mais dans la joie. Tout comme l'abandon à soi ne signifie pas l'abandon du moi. Il s'agit d'une libération et non d'une disparition. Ça c'est ce que le prisme de la peur veut nous faire croire. En effet sans cette joie, qu'il est compliqué de communiquer avec une âme et de se trouver confronté à son égo si nous ne sommes pas nous-même guéri. Je guéris.


Je guéris parce que c'est si facile de projeter ses peurs mais aussi d'être celui sur lequel elles le sont notamment quand les interlocuteurs n'en ont pas forcément conscience. Je ne suis pas sauveur mais je n'ai nul besoin d'être ni sauvée ni victime. Je ne suis pas non plus bourreau. Je ne suis rien de plus que ce qui est et là où je dois être, je sais que c'est difficile pour ceux qui pensent que cela défie l'ordre des choses alors qu'il n'y a pas plus ordonné. C'est aussi pour cela que j'ai dit stop à ce.lles.ux qui projettent trop fortement leur négativité. Par bienveillance, parce que bienveillante je le suis bien plus actuellement que dans un ersatz d'amour qu'était le sacrificiel.


Mes articles ne peuvent être lus par le prisme de la peur, c'est ce qui les rend incompréhensibles ou dénués de sens. C'est leur lecture ôtée de tout amour submergée par un mental agonisant qu'on lui enlève ce qu'il ne possède en réalité déjà pas, qui en fait des pavés rendus indigestes.


Mardi, j'étais patachon. J'aime bien ce mot patachon. À ne pas confondre mon patachon et l'original, alcoolique à la vie perturbée ... vous savez quand le mental, tel Kaa, vous persiffle une brume de doute, il arrive un moment où il peut s'asseoir sur l'orage ou le nuage mais maîtrise encore la brume.


Me voici en début d'après-midi, submergée d'émotions, en larmes, tombant à genoux devant ma baignoire, m'excusant auprès d'aucun et de la source si j'avais fait dévier du chemin. Comme dimanche l'ouverture d'âme était intense, totale (quasi j'entends). J'ai appelé Jésus, Marie, Saint-Michel et toutes les consciences qui me guident, j'ai demandé de l'aide et le pardon de tous.


De retour, dans mon salon pour me mettre à travailler, je reçois un message d'Yves sur lequel il était inscrit " ... Amour, paix, joie, sérénité c'est par ses mots que j'accompagne ta guérison. Je viens de te faire un soin, je ne l'ai pas prémédité, il s'est imposé à moi d'un seul coup il y a 15 minutes ... en gros rassure-toi tout va bien, tout va bien aller maintenant ..." Les voies de l'univers sont-elles si impénétrables en tous cas elles sont. Il a ajouté qu'il faudrait un car pour partir en vacances tant j'étais accompagnée. Je le sais et je bénis le ciel, les différents plans pour cela.


Lucille m'a parlé du livre de Fabienne Raoul 'Tout est lié', et si l'eau avait une conscience ?' il y a quinze jours, je devais l'acheter et ce à plusieurs reprises mais à chaque fois j'étais soit retenue de le faire par internet parce qu'occupée par autre chose, soit retenue de ne pouvoir l'acquérir de façon physique.


Hier après-midi j'ai tout stoppé, j'ai acheté l'ouvrage en ligne et me le suis fait livrer par coursier. Il y avait urgence dans mon coeur, il me le fallait maintenant, je ne devais pas finir la journée sans l'avoir lu. Le juste timing.


Dès sa réception je l'ai ouvert au hasard, il était inscrit :


"Donc en résumé : le foie de Gérard est redevenu sain, ad integrum, et la vésicule biliaire est redevenue vide. L'opération prévue a donc été annulée."


Il y a un mois Mina m'avait dit "écoute, je te vois, tu vas acheter un livre tu vas le lire en une nuit, ça va te bouleverser tu vas écrire un article." Comme à mon habitude l'air hébété je lui ai dit "t'es sûre ?" et je suis passée à autre chose.


Hier soir, alors que j'étais HS, j'ai entamé ma lecture, ma tête était lourde, mes yeux douloureux et pourtant je n'ai pu décrocher. Elle est forte Mina ♥️. Mina toi qui n'est pas folle et qui a tant partagé ma souffrance énergétique. Je t'aime ma belle. Ce livre c'est la vague, ma vague. Non pas celle qui finit de lever les voiles mais les balaie littéralement. Ce livre n'est que synchronicités me concernant. Avant de l'ouvrir j'ai regardé une dernière fois instagram, la première photo était celle de ce poignet orné de bracelets et un peu plus loin sur l'avant bras elle était là ... la coccinelle.


Les synchronicités ...


" ... Moi je suis une scientifique, anciennement athée."


Athée.


En effet, Fabienne Raoul a exercé comme ingénieure matériaux et manager dans le secteur de l'énergie nucléaire. Après une expérience de mort imminente elle décide de changer de vie et devient ... sophrologue. Ce récit n'est pas celui de son EMI qui fait l'objet d'un autre livre 'Mon bref passage dans l'autre monde' mais de la révélation qu'elle a eu sur son chemin de vie alors qu'elle s'est rendue et baignée à Lourdes avec une amie, chemin la menant à la découverte de l'eau.


"En effet, nous vivons à seulement trente minutes de Lourdes et nous nous y rendons fréquemment puisque maman s’occupe d’y baigner les malades." À JÉSUS, MARIE, JOSEPH,


Lourdes, Marie, les bains c'est tout le début de l'histoire de ma vie, là où pour moi tout à commencé à me guider sur mon chemin.


Je n'ai pu compter le nombre de trois présents dans ce livre tant ils sont légions, jusqu'à ce que lisant une énième phrase contenant un trois j'entende "prends ton téléphone et connecte-toi" je me suis exécutée 23H33 ...


La première apparition de Marie à Bernadette a eu lieu un 11, je l'ignorais.


"Et c'est bien dans la grotte qu'à la demande de la Vierge Marie, Bernadette a cherché dans la boue, la souillure, avant de trouver l'eau, de se laver, de se purifier ... elle a dû mourir pour renaître."


La renaissance, mourir pour renaître, à soi. Tant d'articles et de digressions à ce sujet depuis plus de deux ans maintenant. Yves, sans me connaître, m'a dit vendredi en se connectant à moi pour un soin "tu vas renaître". Je fais désormais, en parallèle de ma formation en sophrologie, partie d'une agence, Exceptionnel, qui travaille au Maroc sur de l'événementiel haut de gamme, je dirige le pôle décoration en raison de mon ancienne activité et de mes accointances avec l'art de la table pour le groupe dont elle fait partie, groupe bien nommé ... Phoenix.


Je serai à Biarritz à la Toussaint, j'irai à Lourdes, me baigner si la situation le permet. La Toussaint. Mourir pour renaître.


"Or, selon le docteur Eyal Chaim Goldberger, médecin en soins palliatifs à l'Hospice of the Upper Galilée (Israël) et spécialiste de l'étude de la kabbale, l'utérus est le lieu de la conscience élargie. C'est également la symbolique de la transformation (mort, renaissance, initiation) ou bien d'un lien avec un autre monde."


La Kabale. Haziel mon premier Guide capté en clairaudiance, ange de cette dernière, celui qui sert à obtenir la miséricorde de Dieu. L'utérus, la transformation, quatre opérations. Quatre opérations gynécologiques qui à chaque fois m'ont faite augmenter mon niveau de conscience mais qui étaient aussi le reflet de ce rejet de mourir pour renaître, d'embrasser ce chemin de vie, en y avançant sur le bord, doucement, très doucement sans doute trop à un moment donné la source me montrant un rappel à l'âge de 35 ans. Rappel évité par le soubresaut de ma conscience et orchestré via deux défunts qui m'ont retenue, dont le deuxième un matin dans ma douche, sous l'eau ...


"À quoi cela sert-il de posséder encore plus de choses matérielles, si nous n'avons plus d'eau pour vivre ? Le Titanic coule avec ses passagers qui s'accrochent à leurs bijoux, leur or ..."


"dans sa forme araméenne, Marie se dit Maryam, contraction de mar qui veut dire "goutte" et yâm qui veut dire "mer"


Le Titanic, celui dont je rêve depuis le début de l'expérience, qui est revenu maintes fois, cette eau, toute cette eau ... cette fois, dans cette incarnation, je ne lâchais pas, non pas le matériel mais ce qui ne l'est pas. La mer, cette mer déchaînée dans laquelle je n'étais jamais seule et dont j'ai quitté la tempête. Cette mer qui m'a montrée l'amour à l'âge de sept ans.


Il y aussi ces scientifiques Polonais ...


La Pologne, l'église Polonaise, la révélation de ma naissance bien physique, clé elle aussi de ma renaissance.


L'origine extra-terrestre de l'eau.


Extraterrestres.


L'étude faites sur l'eau et les allergènes.


Les allergies jusqu'à ce choc anaphylactique il y a un an.


La magnétisation de l'eau.


Ma chamane m'avait dit vous allez consacrer de l'eau, moi qui suis plutôt très ouverte je suis restée dubitative.


Le miroir.


Et, et , et ...


La liste de synchronicités est tellement longue dans ce livre que je ne peux tout rapporter.


Il y a un an, nue sous ma douche je m'abandonnais à Jésus lui confiant ma vie, depuis le chemin s'éclaire. Hier différemment mais avec la même intensité j'ai donné ce coup de collier ou d'âme et la vague a tout balayé.


En septembre, nos chemins se croisaient avec Didier Reinach, créateur du management symbiocratique. Nous avions échangé sur Marie, il avait évoqué la mémoire de l'eau alors que je ne m'y intéressais pas, nous avions parlé d'Annecy. D'ailleurs j'ai lu le blog de Didier ce matin, speachless. Rien n'est hasard. Rien.


Oui, la vie est une histoire de choix en effet, celui d'abandonner toute peur afin de ne plus avoir à en faire.


Le futur est-il écrit indéniablement oui. Le vois-je ? Sans doute se dessine-t-il parfois selon ce à quoi j'ai droit d'avoir accès. Mais la seule chose dont je peux être sûre c'est que j'ai fait le choix que le mien soit aligné. En l'alignant je n'ai abandonné personne, bien au contraire. J'ai ouvert les possibles, en conscience. Dans l'action, une action discrète.



Je n'arrive pas à concevoir un scientifique dépourvu d'une foi profonde. Ceci pourrait être formulé de la façon suivante : il est impossible de croire à une science sans religion."

Albert Einstein


"N'est-ce pas magnifique de se dire que la Lumière est là lorsque nous venons ici-bas sur notre Terre, mais aussi lors de notre départ 'là-haut' dans cet autre monde comme me l'avait si joliment nommé le professeur Rémy Chauvin ?

La science rejoint la religion tout est lié."



L'Unité.
















Posts récents

Voir tout

MIRACLE

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page