top of page

REVELARE VELUM #1

"The highest form of intimacy is truth. When you speak your truth, when you embody your truth, when you own your truth, then you naturally create deeper intimacy and connection. It is effortless. The souls who experience the deepest intimacy are the ones who are seekers of truth as truth is love, and love is truth. The two are inseparable."

Lorin Krenn



Elle avait 15 ans, il n'était pas beaucoup plus vieux qu'elle quand il l'a agressée. Agressée sexuellement. Violée. Elle est tombée enceinte. Elle a beaucoup hésité pour finalement décider qu'elle voulait le garder. Elle était mineure, dans une famille où il était hors de question que cela soit accepté, il a décidé que sa fille ne grandirait pas aux côtés de son bébé. Il y a eu ce cri, son cri, mon cri. Nous avons été séparées.


Voici comment je suis née.


Comment peut-on croire en l'amour quand l'acte même par celui où l'on est crée à été bafoué. Comment peut-on un jour se sentir aimée ? Pendant longtemps je n'ai pas compris certaines de mes pensées. Pourquoi enfant je me répétais que si je me faisais violer je ne dirai rien, je ferai semblant pour ne pas risquer d'être tuée. Pourquoi ? Moi qui n'avait jamais été ni violée, ni attouchée.


J'ai toujours cru avoir une défaillance en rapport avec la mère, c'est cette logique qui m'apparaissait. Y-a-t-il vraiment une logique en matière de blessures, de transgénérationnel, de karma ? S'il en est une, et elle est, elle n'est pas celle du mental.


Ma défaillance était en lien avec le père. C'est terminé.


Le mental ...


Inconsciemment j'ai reproduit des schémas. Pour l'excuser. Porter sa faute. Celle de m'avoir abandonnée. Pour rendre l'acte moins violent. M'auto démontrant ainsi que de l'amour pouvait y être mêlé. La retenant à mon pied comme un boulet au lieu que le lien soit transcendé.


Quelle faute ? Elle n'avait rien décidé si ce n'est une deuxième fois d'être méprisée alors qu'elle avait voulu aimer. M'aimer. Me garder.


Au fond j'ai toujours su. Je ne lui en ai jamais voulu. Le cerveau est d'une grande complexité et nous fait parfois acter des faits alambiqués.


Il y a quelques semaines j'ai coupé ce lien énergétique ni elle ni moi ne méritions d'être freinées. Je vis enfin sur mes deux pieds. Ancrée. Dans MA réalité.


L'adultère. Quelles répercussions ? Enfant, quelle image de l'amour cela vous transmet ? Vous voyez la souffrance, la sentez, en êtes marqué et imprégné jusqu'à vous dire que c'est un schéma que jamais vous ne reproduirez. À quel prix ?


Une fois de plus j'ai porté ce qui en rien ne m'incombait. Je me suis sacrifiée. Parce qu'en souhaitant réparer ce qu'en aucun cas je n'avais brisé je me suis enfermée. Plaçant l'amour dans une zone de compromis, d'efforts, d'acceptation. Il est usuel d'entendre que l'amour est fait de difficultés et de dépassements, il y a presque une tension. Un devoir.


J'eusse préféré que l'on m'explique qu'il était préférable de quitter. Que c'était aussi ça aimer. Ne pas vivre dans le secret, le mensonge et se forcer, pour l'image et/ou le financier. Les enfants étant selon moi la pire excuse qu'il puisse exister parce qu'inconsciemment vous le leur faites porter.


Avez-vous déjà rencontré l'amour ? L'amour ne demande ni force ni abnégation. Aujourd'hui je le sais.


Comment croire en l'amour ? Comment croire en l'amour incarné ? Comment s'aimer quand vous vous conformez à une idée erronée, quand vous portez des poids que vous vous infligez ?


Vous ne le pouvez. Vous le défiez.


The highest form of intimacy is truth ...


Parce que l'on ne peut écrire certaines choses que dès lors que l'on s'aime pleinement.


This is the truth.


To be continued #2.




Posts récents

Voir tout

MIRACLE

bottom of page