top of page

REVELARE VELUM #8

L'amour

"On finit par ne plus le réclamer,

et si jamais il se décide à venir,

on le traite comme un mensonge,

par habitude.

N'est-ce pas ce qu'il y a de pire ?

Savoir que, même si l'amour nous tombait dessus,

on serait incapable de le reconnaître"

Lucas Clavel, Et je t'aimerai encore.



L'amour.


Et si l'amour donnait envie de fuir plutôt que de rester ?


Et si l'amour faisait peur ? M'avait fait peur ?


M'avait fait si peur que je l'avais fui pendant toutes ces années ?


Et si ces enfermements, la négation des signes notamment corporels et bien incarnés à rester dans l'illusion de l'amour, la dépendance affective ou le conditionnement social était le reflet de cette peur ?


C'est vrai j'ai toujours fui ceux que j'aimais. Pendant ces vacances je me le suis rappelée. Il était patient et venait tous les midis en moto me chercher.


On allait entre potes à la plage et le soir on sortait. J'avais 19 ans. Un soir il a voulu m'embrasser et je me suis tournée.


Pourquoi ? Alors que j'avais une propension à faire tout et n'importe quoi avec n'importe qui. Je l'aimais.


C'est con. Je sais.


Ai-je réellement déjà eu confiance en l'amour ?


Très jeune. Enfant. Certainement.


Dotée d'un côté bisounours et bienveillant qui m'a très vite faite me faire marcher sur les pieds.


Rapidement j'ai serré les dents.


D'abord à la maison parce que ce n'était jamais assez. Que les résultats primaient toujours sur l'amour.


Et à l'école parce que les "bonbons" n'y ont pas vraiment leurs places alors j'ai fait comme les autres niant qui j'étais vraiment.


Le mur a commencé à se construire.


Émotionnelle. Je me suis déconnectée de mes émotions.


Déconnectée. Jusqu'à me perdre.


Déconnectée. Jusqu'à m'auto-suffire.


Déconnectée. Jusqu'à faire en sorte que ma situation me paraisse acceptable.


Acceptable c'est le mot. Je sais parfaitement qu'elle n'est pas juste. Au sens de justesse.


Est-elle juste ou pas c'est une autre question que je ne me pose plus depuis longtemps. Chacun joue avec les cartes que la vie lui distribue. On a déjà vu des joueurs avec des cartes pourries faire un coup de poker. J'aime le poker. Rien n'est jamais perdu. Jusqu'à la dernière minute tout peut changer. Se retourner. Je crois que ça dénote bien de mon état d'esprit.


Le mur.


Et malgré tout cette envie de le casser. De donner un grand coup dedans.


Il parait qu'il faut se battre pour l'amour. Je pense quant à moi que ce contre quoi il faut se battre c'est ce qui n'en est pas et nous donne l'illusion d'en être.


Dès lors qu'il faut se battre ce n'est pas de l'amour. L'amour véritable est. Il n'y a pas à se plier, à s'adapter, se contorsionner. C'est. C'est tout.


Cette notion de se battre, pour ne pas faire disparaître l'amour, le faire tenir, a été inventé pour rassurer sur le fait que les couples étaient bien basés sur l'amour. Sinon combien de désillusions. Vous imaginez ? Ah ben merde finalement ce n'est pas ça l'amour cru pendant des années allant jusqu'à construire une vie entière autour. La loose quand même.


Le plus gros bullshit qui soit cette histoire d'adaptation. L'amour est sans même que l'on sache pourquoi. La question n'est pas là. C'est à ça qu'on le reconnaît peu importe l'espace et le temps. Effortless. Sinon vous êtes dans une relation de couple classique.


Classique. Que c'est laid ce mot pour cacher parmi les plus grosses détresses affectives. Celles qui nourrissent la jalousie, l'attachement, la dépendance, le contrôle, la bienséance et j'en passe. Le banal quotidien amoureux de milliers de gens.Tristesse.


Que ne faut-il pas s'infliger par peur de se libérer. Par peur de l'amour alors que trois quarts des gens cherche ce dernier. L'amour. Cette quête. Mais cherchent-ils à se faire aimer, rassurer ou l'amour ?


Dans l'impermanence du cycle de la vie, seul l'amour véritable est permanent. Sans effort. Infini. Il est l'infini. Le 8. Revelare Velum #8.


Je me demande combien de personnes connaissent l'amour véritable. Moins que les contorsionnistes sans aucun doute.


Je ne crois plus en les amours impossibles.


Le seul amour impossible pourrait être l'amour non réciproque mais je suis convaincue que ça n'est pas de l'amour. Celui qui pense aimer se leurre dans une illusion d'amour au travers de ses blessures.


Mais alors qu'en est-il de deux personnes qui s'aiment et ne pourraient se retrouver ?


Seuls leurs peurs ou leur manque de courage y sont un frein. Ce n'est pas l'amour qui est impossible mais leur incapacité à se défaire de leurs barrières.


L'amour véritable est forcément réciproque et fait pour être incarné. J'en suis arrivée à cette conclusion.


La Papesse et le Diable.


L'amour inconditionnel a bon dos.


Si la sagesse de la Papesse a toute sa place, la fougue du diable doit aussi y trouver la sienne.


Sans doute avais-je fermé mon coeur pour ne pas être confrontée à la réalité.


Mon humanité et ce besoin d'amour véritable. Incarné.


Je ne suis pas une guerrière de lumière. Je ne suis pas coach intuitive. Je n'éveille pas les consciences. Je ne suis ni gourou ni être de lumière. Je n'aide pas à faire des choix. Je ne suis pas femme du nouveau monde.


Tout ça ne m'intéresse pas et je n'en ai pas la prétention. Je suis Lucie. De ce monde. Et c'est déjà beaucoup.


J'aime le surf, le skate, le snow, le basket et le fmx. J'aime quand ça glisse même si mon foie me brime. J'aime la sensation de liberté.


J'aime Biarritz, New-York et Annecy. Paris et moi commençons depuis un moment à nous essouffler, je l'ai déjà évoqué.


Alors j'ai décidé de foncer et de désormais mon temps leur partager c'est le plus de mon activité. Peut-être qu'un jour j'y rajouterai la Californie.


J'ai besoin d'un pied à terre mais je ne suis pas faite pour rester toute ma vie enfermée. Je ne suis pas la personne d'un seul lieu, d'un endroit figé. Ça empêche les énergies de circuler.


Libre. Je suis libre.


J'aime la mode. Beaucoup. J'achète parfois du Zara, oui je sais ce n'est pas parfait. Je ne suis parfaite. Je me fous d'être parfaite. Je n'aime pas ce qui est coincé.


Qui a dit que pour toucher ce qui a trait à la spiritualité il fallait être parfait ? Nul n'est parfait mais tout le monde est incarné.


Laissez tomber les donneurs de leçons et leurs grandes théories de vouloir faire de vous des êtres trop comme ci ou pas assez comme ça. On s'en fout. Soyez-vous, authentiques. Le reste ...


Je pourrais porter des vans toutes l'année. Toutes. C'est ma marque de basket préférées.


J'ai besoin de musique. Forte. Mes tympans ne me remercient pas. Elle m'accompagne constamment. J'écris avec elle. Chaque article. Elle me connecte à ma part créative. Tout est plus beau avec de la musique.


J'ai cassé les briques.


J'ai ouvert mon coeur.


À moi d'abord.


Fait re rentrer de la couleur. J'aime les couleurs.


J'ai ouvert mon coeur.


Non pas pour que quelqu'un vienne le compléter, on ne complète que ce qui est manquant et je me suis déjà complétée je m'aime, pleinement, mais pour quelqu'un qui puisse lui ressembler.



"People who get excited about sunrises, sunsets, a sky full of stars , full moons, deep connections and heart to heart conversations are my kind of people."


♾️




Posts récents

Voir tout

MIRACLE

Comments

Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
bottom of page