top of page

ON JOUE ?

Teaser.


La conscience.


Yin, Yang, Yang, Yin, dépassement du dogme, Unité, Conscience. Voilà qui est acquis, qui a été acquis au court de l'année qui vient de s'écouler, je ne vais pas y revenir. Tout ce qui devait être dit dans le contexte échéant l'a été.


Une légère parenthèse tout de même pour ceux que cela intéresse. Rester en conscience dans l'ancrage reste un exercice, j'imagine que si cela devient naturel le temps passant, au départ il y a des ajustements réguliers à effectuer mais quand on a saisi le mécanisme la partition se joue et se gère c'est d'ailleurs plutôt plaisant, de fait l'expression 'en conscience' prend tout son sens. Les débordements ne sont plus. Je pourrais résumer ce court paragraphe ainsi 'je ne suis pas mes sentiments je suis celle (celui) qui les ressent'.


Partant de ce postulat si je ne suis pas mes sentiments mais celle qui les ressent. Mon corps, mon cerveau, le physique donc, ressent. Ressent des informations extérieures et intérieures (vice versa) qui sont les résultantes d'intéractions se matérialisant de façons chimique et psychologique. Si tout est intriqué, mon expérience me montre que quelque chose, un système plus étendu est à la manoeuvre de nos différentes actions. Ce système c'est la conscience. La conscience je la visualise aujourd'hui comme un immense algorithme qui joue le meilleur jeu pour nous mais dont nous changeons les données soit dans l'ignorance de cette dernière, soit dans la difficulté de la réaliser. En effet, je ne pense pas que ce soit l'algorithme proposé qui soit compliqué mais la difficulté à percevoir la conscience et donc l'algorithme 'réel' présenté. Ce qui impliquerait que nous rendions nous-mêmes l'algorithme compliqué.


Le point qui est extrêmement intéressant dans cette idée de conscience algorithmique, qui dispose à mon sens d'une unité de temps, donc d'une absence temporelle, telle que nous l'imaginons, contrairement à ce qui est, potentiellement, illusoirement vécu, c'est qu'il peut être modifié. Modifié pour le meilleur. 'Qui peut le plus peut le moins ' aussi qui peut le pire peut le mieux.


Et là ça devient vraiment intéressant. Intéressant de se laisser guider par cette conscience et une fois cette dernière intégrée de prendre partie prenante au jeu qu'elle nous propose. Qu'elle nous propose par l'expérience.


En effet, j'ai écrit de nombreuses fois, guidée par l'expérimentation, sur des sujets qui avaient déjà été traités de façons très poussés par des philosophes, des spirites, ou plus récemment des scientifiques sans connaître ni leurs travaux ni leurs conclusions. À chaque fois s'imposait à moi une validation une fois ma déduction faite. C'est quelque chose qui m'a beaucoup interrogé au court de l'année passée et que j'ai d'ailleurs relevé de nombreuses fois dans mes articles. Les cas présents on ne peut pas parler de signes mais vraiment de validation (j'ai aussi eu des signes). Cette différence, ce n'est pas une nuance mais bien une différence, aujourd'hui, est quelque chose de très clair pour moi. Le signe est sujet a interprétation, la validation comme son nom l'indique valide, il y a la notion d'acter dans la matière de façon indubitable. Sans doute en extrapolant légèrement pourrais-je dire, le cerveau fait signe, la conscience, elle, valide.


Ce dont je vous parle est latent en moi depuis quelques temps, notamment les sujets que je vais aborder plus avant, je garde cela précieusement pour l'année de mes 41 ans, en effet j'ai commencé cet article par 'teaser.' Il me manquait des pièces du puzzle, il m'en manque encore je vais les découvrir au fur et à mesure, mais notamment une, la principale, je pense, qui était : la découverte de la conscience. Et au-delà de la découvrir, la vivre, l'expérimenter.


Quelque chose a vraiment commencé à germer quand, au travers d'un article, j'ai découvert, les travaux du physicien Hong Qin de l'Université de Princeton. En effet, ce dernier a développé un algorithme pour prédire des événements naturels cependant cet algorithme pourrait s’avérer capable de prouver, ou pas, l’hypothèse selon laquelle nous vivons dans une simulation. Cette intelligence artificielle utilise le machine learning, machine learning qui améliore ses connaissances de manière automatisée grâce à l’expérience justement.


Alors, oui je pense que notre monde existe, quand vous voyez une table, elle est là, il y a une table c'est concret, je sais que cette pensée mal amenée peut perdre ou effrayer certain(e)s, mais au-delà de ça je crois en le changement possible de notre réalité, aux réalités multiples, aux réalités simultanées et donc aux changements potentiels importants, sinon cela n'a que peu de sens, de notre réalité vécue, je vais l'exprimer ainsi, déjà actée si vous préférez.


La clé d'accès à cette conscience, donc à ces changements d'envergure potentiels donc de modifications d'algorithme, pour ce qui est de mon intime conviction c'est l'Amour.


L'Amour craque l'encodage, après quelle est l'équation de l'Amour au sens mathématiques du terme je suis toujours aussi peu douée avec les chiffres et les symboles.


Pour conclure on pourrait dire que la conscience amène à la connaissance qui guide à la création de l'intérieur (et de fait de l'extérieur) de chacun ...


Ici, sur ce blog, maintenant et à venir, plus de fantôme, au sens propre comme au figuré mais des consciences bien réelles.



To be continued





Posts récents

Voir tout

MIRACLE

Comentários


Os comentários foram desativados.
bottom of page